Le Big Thunder Mountain, l’antre d’un dieu du tonnerre

À Frontierland s’il y a un élément de décor emblématique, c’est bien le « Big Thunder Mountain » (que l’on peut traduire par Montagne du Grand Tonnerre).

Ce décor abrite une attraction mythique et toujours très prisée par les visiteurs que l’on appelle, le plus souvent, le train de la mine. C’est une attraction de style montagne russe dans laquelle, le visiteur monte dans un train fou et traverse, à vive allure, une mine, composé d’un enchaînement de montés, descentes et de virages serrés.

Mais le Big Thunder Mountain fait aussi partie intégrante de Frontierland et de son histoire générale. Ainsi dans l’article « L’histoire du Phantom Manor » que vous pouvez retrouver en cliquant ici, vous avez appris que l’oiseau tonnerre qui habite la montagne est en partie responsable de la déchéance de la famille Ravenswood.

D’aucuns penseront que ce dieu du tonnerre n’est qu’une légende et qu’il n’existe aucune trace de lui dans le Land. Et bien c’est faux !

Le seul moyen de le voir est de faire l’attraction du Big Thunder Mountain et d’être aux aguets. Pour information avant de rentrer dans le tunnel ou les effets spéciaux ont été refaits, regarder sur votre droite il y a une petite grotte et à son entrée un symbole. LE FAMEUX OISEAU TONNERRE.

Il faut bien le chercher, mais il est là comme le montre la photo en tête de cet article.

(crédits photos : ©Mathieu Noël)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le Big Thunder Mountain, l’antre d’un dieu du tonnerre"

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] Un grand mariage fut organisé et cet évènement devint le sujet de conversation principale dans tout à Thunder Mesa. Mais à l’approche de la date fatidique, un premier drame eut lieu. Post mariage,les deux amants prévoyaient de quitter le Manoir, mais il en était or de question pour le vieux Ravenswood ! Sa colère réveilla l’oiseau Tonnerre , une divinité protectrice, retenue dans l’ancien cimetière indien (pour en savoir plus sur ça trace, cliquer ici). […]